4ème plan autisme

La concertation du quatrième plan Autisme devrait débuter en juillet 2017

Publié le 07/06/17 - 17h52 - HOSPIMEDIALe président de la République Emmanuel Macron entend faire du handicap l'une des priorités de son quinquennat. C'est en tout cas ce qu'a réaffirmé Sophie Cluzel, secrétaire d'État en charge des Personnes handicapées lors d'une communication en Conseil des ministres, le 7 juin (à télécharger ci-dessous). Cette profession de foi décline les grands objectifs du Gouvernement : changer le regard de la société, décloisonner les prises en charge, coconstruire la politique avec l'ensemble des acteurs et des partenaires. Le secrétariat d'État a été placé sous l'autorité du Premier ministre, souligne Sophie Cluzel, conformément aux promesses de campagne. "Cette décision est le gage de la priorité que le Gouvernement entend donner à la réponse effective aux besoins des personnes en situation de handicap, quels que soient leur handicap et leur âge, dans l'ensemble des réformes qu'il mettra en œuvre."

La secrétaire d'État égrène également quelques mesures et annonce que la concertation du quatrième plan Autisme sera lancée "le mois prochain". Par ailleurs, "le Gouvernement définira rapidement les modalités de mise en œuvre de l'engagement du président de la République de revaloriser l'allocation aux adultes handicapés (AAH) de 100 euros par mois". Sophie Cluzel liste également certains projets en matière d'accessibilité et de logement. Ainsi, "100% des trajets accessibles doivent être identifiés et cartographiés", affirme-t-elle. Dans le champ du logement et de la construction, l'objectif d'accessibilité fixé par la loi de 2005 "doit être réaffirmé". La secrétaire d'État ajoute que le développement des habitats inclusifs doit être favorisé "en levant les obstacles administratifs".

Sophie Cluzel s'arrête par ailleurs sur la question des proches et souligne la nécessité de "lutter contre l'usure sociale et la détresse des familles", précisant qu'il "faut être particulièrement attentif aux conditions de travail des accompagnants et à la qualité de vie des aidants familiaux". Pour cela, le "Gouvernement s'attachera à mettre en œuvre les nouveaux droits annoncés par le président de la République", annonce Sophie Cluzel. Lors de sa campagne, Emmanuel Macron s'était notamment engagé à multiplier les maisons de répit, à élargir le don de jours de réduction du temps de travail (RTT) et à créer un "chèque bilan santé/social" à destination des aidants.

Liens et documents associés

La communication de Sophie Cluzel [PDF]