Visite école ABA à Paris

école ABAUne école d'un nouveau genre vient de s'ouvrir à Paris récemment.

C'est la première école ABA de France.

Plusieurs adhérents de l'association Autisme Basse Normandie se sont très vite intéressés au projet. Nous sommes donc partis à trois (Didier CADIOU, Caroline LEGOFF et Nathalie GAUDIN) visiter cet établissement le jeudi 3 avril 2008.
C'est M. Elvez BELADJAL, militant convaincu de l'association Fondation Autisme, qui nous a reçu...

 

ecoleABA1_0.jpg M. Elvez BELADJAL n'était ni professionnel, ni parent quand il s'est pris de passion il y a plusieurs années pour la cause des enfants autistes. Il est, avec Martine Fergusson, l'une des deux personnes à l'origine de ce projet ambitieux. 5 ans de travail acharné ont été nécessaires pour que ce projet voit le jour et que l'école ouvre enfin ses portes 3 semaines avant notre visite.

Il nous a expliqué que tout avait été fait pour que le projet soit au service des autres, pour "sauver" des enfants comme il aime à le dire.

Autant le dire de suite, avant de visiter cette école nous avions quelques interrogations sur l'état d'esprit dans lequel le projet avait été construit. Nous avions notamment entendu parler d'un coût prohibitif de 2000 euros pour chaque famille.

Alors l'école ABA : Un projet d'élite pour familles fortunées ?

ecoleABA4.jpg Nous avons été bien vite rassurés une fois sur place.
Les locaux sont situés dans une ancienne école fermée par l'Education Nationale et attribuée par la mairie de Paris pour le projet.

Toutes les aides dont bénéficie l'école (200 000 euros/an de la ville de Paris, 5 emplois tremplin pour 5 ans du Conseil Régional, 60 000 euros PELS de la Caisse d'Epargne...) ne suffisent pas à couvrir les frais engagés pour, par exemple, rémunérer les 14 salariés embarqués dans l'aventure. Il reste donc effectivement à la charge des familles quelques 2000 euros/mois par enfant. En revanche pour éviter de confisquer cette école au profit d'une élite, chaque famille a été aidée individuellement pour monter les dossiers nécessaires à l'obtention des aides indispensables pour rendre cette scolarité d'un nouveau genre quasiment "gratuite", en tout cas pas plus coûteuse que la scolarité de n'importe quel enfant de France, ce beau pays où l'école est "gratuite, laïque, et ... obligatoire" !

Bien sur, il y a finalement eu plus de candidatures que de places disponibles, il aura donc fallu "trier" les familles. Là encore ce sont les critères sociaux qui ont eu la faveur. les familles mono-parentales ont par exemple été privilégiées . Certaines mères d'ailleurs ont pu grâce à cette école retrouver suffisamment de temps disponible pour redémarrer une activité professionnelle. Elvez témoigne que cette épreuve du "tri des enfants candidats" a été le moment le plus douloureux et le plus éprouvant.

Une autre question nous taraudait :

L'école ABA = Un nouveau ghetto pour autistes ?

ecoleABA6.jpg

Nous avons donc demandé à Elvez comment était envisagé la transition école ABA et scolarité ordinaire. Il nous a répondu que l'école ABA n'a pas vocation à offrir une scolarité intégrale en milieu protégé, mais au contraire de travailler, en y mettant les moyens, tous les prérequis nécessaires à une scolarité en milieu ordinaire. L'objectif est donc un retour vers une école classique pour les enfants le plus rapidement possible (après 2 ou 3 ans d'école ABA)

 

 

 

Qu'est-ce qu'une école ABA a de plus par rapport à une école classique ?

ecoleABA2.jpgLes enfants y sont tous accueillis 30h/semaine, soit le lundi, mardi, mercredi après midi, le jeudi et le vendredi. Les horaires sont des horaires d'écoles classiques.

L'école comporte 2 salles de classes, 1 grande salle de jeu, 1 cour de récréation extérieure et 1 bureau pour l'équipe administrative.

Il y a 10 éducateurs pour 10 enfants. Chaque enfant travaille en tête à tête avec son éducateur pendant une heure et toutes les heures les éducateurs changent d'enfant, si bien qu'au global chaque enfant travaille avec au moins 4 éducateurs différents. Il s'agit donc d'un travail très individualisé et très intensif. Il y a bien sûr des moments de détente, d'ailleurs le fait de demander des pauses fait aussi partie des choses travaillées.

A notre grande surprise, les classes ne regorgent pas de repères en tout genre sur les murs et ailleurs. On reconnait là la philosophie ABA qui essait de limiter le recours à l'aménagement de l'espace au strict nécessaire et préfère que l'enfant s'adapte à son environnement plutôt que l'inverse. Ceci étant dit, on trouve malgré tout un certain nombre de choses : Chaque enfant a son propre espace de travail avec son nom marqué sur sa table. A terme il devrait y avoir des cloisons amovibles disposées autour de chacun des postes pour permettre un meilleur isolement de l'endroit et ainsi une concentration plus facile pour les enfants qui éprouvent des difficultés à ce niveau. De la même manière, les espaces de travail sont éloignés les uns des autres le plus possible. Tous les mois les enfants changent d'espace de travail pour permettre une meilleure généralisation des compétences et éviter qu'ils ne soient trop dépendant d'un contexte spécifique.

ecoleABA5.jpgLes éducateurs réalisent des évaluations permanentes de la progression de l'enfant dont ils ont la charge. Ainsi pour chaque exercice, il est noté si l'enfant a réussi et avec quel niveau de guidance. Il est donc possible de vérifier au fur et à mesure que la stratégie adoptée pour le travail de telle ou telle compétence est bien efficace et si besoin de modifier l'approche.

 

 

 

 

Formation des professionels et constitution de l'équipe ?

ecoleABA3.jpg L'école a recruté 2 salariés pour le personnel administratif, 10 éducateurs et 2 psychologues ABA en permanence dans l'école.

Les 2 psychologues sont diplômées de l'université de Lille 3 - élèves de Vinca Rivière.

Les éducateurs n'ont pas été recrutés spécifiquement sur des critères en lien avec leur niveau d'étude, mais plus sur entretien après évaluation de leur motivation, de leur niveau d'engagement et de leur expérience en matière de handicap. Ils ont tous été ensuite formés 1 mois complet avant l'ouverture de l'école, par les 2 psychologues. La formation s'est voulue résolument concrète avec de fréquents recours à la mise en situation des éducateurs sous forme de jeux de rôles.

Les 2 psychologues sont à temps pleins dans l'école. Ils réalisent les travaux d'évaluation approfondis des enfants et supervisent les éducateurs.

La vidéo est omni-présente dans l'école. C'est un outil de travail à part entière.

Tous les mercredis matin, les enfants étant absents, la situation d'environ la moitié des enfants est revue en détail par l'ensemble des éducateurs et des psychologues (le cas de chaque enfant est donc vu tous les 15 jours). Les vidéos sont étudiées.

Place donnée aux parents ?

ecoleABA7.jpg Tous les samedis matin, les parents sont reçus pour 2h de guidance parentale. Ces séances de guidance sont essentielles et obligatoires. Les parents en ont été informés avant d'inscrire leur enfant. L'objectif est de permettre un prolongement des acquis de l'école à la maison et plus globalement d'améliorer le niveau de compétence des parents en matière d'autisme. C'est aussi une manière de reconnaitre le rôle prépondérant des parents et d'éviter ce qui se produit trop souvent ailleurs pour les anfants autistes : la disqualification des parents par des professionels qui sous- estiment justement les compétences parentales !

Est-il besoin de rappeler que de nombreuses associations militent pour restaurer la place des parents ? Pour que ceux-ci passent du statut de personnes responsables des troubles (consciemment ou pas) à celui de partenaires privilégiés dotés de compétences incontournables et jouissant, par ailleurs, d'une proximité exclusive avec l'enfant, surtout en bas âge.

Succès de l'école ?

video.gif Elvez témoigne que depuis que l'école est ouverte, la couverture médiathique est impressionante (il suffit de se rendre sur le site de la fondation autisme pour visualiser tous les reportages et s'en convaincre). Le nombre d'appel téléphonique est lui aussi assez exceptionnel. Le téléphone sonne tout le temps. Bien que les coordonnés soient mal renseignées dans l'annuaire les familles parviennent à trouver les numéros via la mairie de Paris ou d'autres moyens. Il se trouve aussi un certain nombre de parents qui viennent directement sur place avec leur enfant.

Ce projet remporte donc un vif succès auprès des familles. Pourquoi ? Peut être grâce à un niveau d'information des parents sans cesse plus élevé, grâce à internet. De nombreuses familles découvrent ce qui se fait pour les enfants autistes à l'étranger, découvrent que d'autres méthodes, loin de la psychanalyse, ont une certaine efficacité. Ces parents comprennent la nécessité d'intervenir au plus tôt dans la vie de leur enfant autiste et cherchent alors, dans un sentiment d'urgence, toutes les solutions utiles pour donner toutes ses chances à leur enfant.

La France en retard en matière d'ABA ?

Une des éducatrices de l'école est d'origine américaine. Sa mère, 30 ans plus tôt, travaillait déjà auprès d'enfants autistes en utilisant la méthode ABA.

En France il n'y a qu'une école ABA. En Angleterre, on compte plus de 30 écoles ABA à Londres !

 

ecoleABA8.jpg

 

Pour plus d'info sur cette école : http://www.fondation-autisme.org/